MEMOIRES VIVANTES DU CANTON DE QUARRE LES TOMBES
  OCCUPATION hitlérienne et RÉSISTANCE 
 
 
   

 
Memoires vivantes du canton de Quarre les Tombes

D A N S     L ' A C T U A L I T É
• Nouvel article de presse (documentation/articles de presse)





C O M M U N E S   D U   C A N T O N
 

Mot exact Résultats par page










L’OCCUPATION hitlérienne et la RÉSISTANCE dans l’Yonne

Emprisonnement des communistes pendant la guerre

« Le général de Gaulle écrit dans l’Appel (p 36) :

« Il faut dire que certains milieux voulaient voir l’ennemi plutôt dans Staline que dans Hitler. Ils se souciaient des moyens de frapper la Russie, soit en aidant la Finlande, soit en bombardant Bakou, soit en débarquant à Stamboul, beaucoup plus que de la façon de venir à bout du Reich ».

Tout cela paraît à peine croyable et montre à quel point l’antisoviétisme et l’anticommunisme peuvent aveugler les dirigeants d’un pays et les chefs rétrogrades de son armée jusqu’à leur faire oublier les nécessités patriotiques les plus élémentaires.

Mais nous allons voir plus fort dans l’irresponsabilité et la haine. Au moment où la Patrie est en danger, n’est-il pas nécessaire qu’elle fasse appel à tous ses fils, notamment à toute la fraction des Français influencés par le PCF qui représentent un élément dynamique indéniable. Or du 10 mai au 15 juin 1940, les gendarmes qui sont incapables d’empêcher les pillages trouvent le temps d’arrêter un grand nombre de « suspects ». Ces communistes ou supposés tels vont être envoyés dans un camp d’internement qui pour certains sera l’antichambre d’un camp de la mort quand l’ennemi sera chez nous. Dans certains endroits on excite la population contre ces malheureux rendus coupables de la situation actuelle et ils échappent de peu au lynchage ! La plupart sont accusés faussement d’être en possession de tracts « Hitléro-Stalinien ». C’est l’accusation passe-partout officielle. Les femmes ne sont pas épargnées.

Tous les suspects sont d’abord internés à Dijon fort d’Hauteville ou caserne Krien avant d’être dirigés sur un camp d’internement. Deux femmes et six hommes pourront s’évader auparavant. Les autres seront conduits aux camps d’internement suivants : Buzet sur Baïse, Basses Pyrénées, Chibron (Var), Vernet (Ariège), Djabel (Algérie).

Soit pour le département de l’Yonne seules 29 arrestations auxquelles il faut ajouter le cas de ces six femmes du canton de Quarré les Tombes qui le 15 juin au matin en pleine débâcle reçurent l’ordre de gagner par leurs propres moyens (les chemins de fer ne fonctionnant plus) le camp de Vernet. On croit rêver ! Précisons qu’elles n’arrivèrent jamais à destination. » »

Source : L’occupation hitlérienne et la résistance dans l’Yonne (Robert BAILLY)



Histoire

Histoire de Marrault : Notes sur les communes avoisinantes

Notes diverses concernant St Germain et St Brancher sur l’époque gallo romaine.

L’occupation hitlérienne
et la résistance
dans l’Yonne (Robert BAILLY)


- Récupération des premières armes

- L’organisation de la résistance dans le canton de Quarré

- Emprisonnement des communistes pendant la guerre

- Maquis Camille

- Résistance : Dun les Places et Vermot

- Résistance à Quarré : le premier parachutage d’armes sur le sol français

- Maquis Vauban

- Résistance : la réorganisation

- La résistance dans le canton de Quarré les Tombes – Antoine SYLVERE

- La résistance dans le canton de Quarré les Tombes – BOB

- La résistance dans le canton de Quarré les Tombes : la collaboration

La Résistance dans le canton de Quarré les Tombes – Le rôle joué par l’Abbaye Sainte Marie de « La Pierre qui Vire ».

- Résistance : les résistants originaires du canton fusillés ou morts sous les tortures, morts en déportation, tués au combat ou tués accidentellemen



 

 

A S S O C I A T I O N   M E M O I R E S   V I V A N T E S

6, rue de Vézelay - 89630 St Germain des Champs
Tél. : 03 86 34 23 33 - Fax : 03 86 34 58 08

| mentions légales | réalisé par | liens divers | optimisé pour Firefox |
© Mémoires Vivantes